L’Equithérapie

L’équithérapie telle que je la pratique est un soin. Je ne propose ni une activité de loisirs ni du sport adapté (qui serait alors proposé par un moniteur d’équitation formé à l’accueil de public handicapé)

Les séances d’équithérapie sont menées par un thérapeute, c’est-à-dire un professionnel ayant une formation initiale dans le domaine de la santé ou du médico-social, et une spécialisation en équithérapie.

C’est une rencontre entre une personne en demande de soins, un cheval et un thérapeute. Le soin en équithérapie s’élabore à partir d’objectifs thérapeutiques établis avec le patient, et/ou sa famille, et/ou son équipe référente.

En équithérapie, le travail se situe au niveau psychologique et corporel en favorisant, par exemple, l’expression des sentiments, des émotions, des désirs, des ressentis, en travaillant autour de la sensorialité, du mouvement, de l’expression gestuelle, en apprenant à adapter sa communication…

Définition de la Société Française d’Equithérapie : « L’équithérapie est un soin psychique médiatisé par le cheval et dispensé à une personne dans ses dimensions psychique et corporelle. »

Qui peut bénéficier de l’équithérapie ?

L’équithérapie peut être adaptée à des personnes de tout âge présentant des handicaps variés :

ou des personnes présentant des troubles tels que

Pourquoi le cheval ?

Le Cheval est domestiqué par l’Homme depuis plus de 5000 ans :

« Considéré comme « la plus noble conquête de l’homme », présent dans les mythes, les légendes et toutes les formes d’art, le cheval est, de tous les animaux, celui qui a sans doute le plus marqué l’histoire et les progrès de l’humanité. » (source Wikipedia)

Le cheval est un animal qui peut porter, rappelant une image maternante et sécurisante. Le cheval accepte dans sa globalité un humain à partir du moment où celui-ci est en capacité minimale de le respecter et d’avoir une communication adaptée avec lui. Le cheval, par son symbolisme de force et de puissance peut également amener une image paternante.

Au niveau physique et sensoriel, monter à cheval permet de développer le tonus, mobilise les articulations du rachis et du bassin, facilite l’équilibre, améliore la perception du schéma corporel, permet de travailler la coordination ou la dissociation des mouvements, facilite la précision du geste, permet l’association des membres supérieurs et inférieurs, et d’effectuer un travail de synchronisation. ..

Au niveau psychique et relationnel, le cheval permet la concentration, apaise, développe la maîtrise de soi, la vigilance, l’attention, permet une prise de conscience de son existence et de développer une relation sans jugement. Le cheval demande des efforts d’adaptation semblables à ceux que l’on peut faire dans la relation à l’autre humain. Il pourra donc participer au travail de communication et de socialisation de la personne soignée.

Le cheval favorise aussi l’imaginaire et le jeu créatif.